mercredi, décembre 01, 2010

Comment j'ai bravé la tempête...

... pour faire du mal à mon grand fessier.

Du séjour aux urgences en  juillet dernier est ressortit pleins de choses. Après examen, je n'ai pas de problème cardiaque, ni pulmonaire, mais très probablement musculaire. Je me suis donc fait papouiller par une ostéopathe qui n'a pas du tout trouvé ma douleur étrange. Un petit craquement par ci, un petit craquement par là, un étirement, des manipulations étrange et hop, remise sur pied. Enfin, quand je dis remise sur pied, j'ai tout de même mis 3 semaines à me remettre de ses manipulations à grand renfort d'anti-douleur.

Pour éviter de devoir repasser dans ses mains, je lui ai demandé conseil pour m'aider à vaincre ses douleurs. C'est donc sur son conseil, que je me suis inscrite à un cours débutant de "Pilates".

Comme je suis super sportive et très intéressée au monde sportif, je n'avais bien évidemment jamais entendu parlé de ça. Je suis donc allée glaner des infos à super-sportive belle-maman qui, dès que j'ai prononcé le mot Pilates m'a dit "Oh ça c'est super, tu travailles les muscles comme-ci, comme-ça, c'est fantastique !". Ça m'a fait peur. Il faut dire que belle-maman est un super héros. J'ai fais une fois du vélo avec elle. Après avoir mis une heure à reprendre mon souffle, je suis morte de honte...

J'ai donc attendu un peu avant de m'inscrire. Et puis je suis tombée sur un court "débutant" et me suis inscrite. C'est alors que j'en ai un peu plus parlé autour de moi et je n'ai entendu que des "hannnn ça fait mal, mais c'est bien", "rhooo tu vas avoir mal" etc...

C'est donc tremblante qu'hier soir je me suis rendue à ce fameux cours après avoir vu la vidéo suivante. A la 13ème seconde de cette vidéo, j'ai tellement ri, que j'en ai pré-chauffé mes abdos. Même pas peur...




En arrivant au vestiaire, 4 pétasses jeunes filles fort bavarde se trouvaient là. Intérieurement j'ai râlé et me suis dit que je ne me sentirais par forcément à l'aise dans ce groupe. J'ai donc rejoins la salle les épaules en bas. Et puis non, finalement elles n'ont jamais franchit le seuil de la porte. Nous n'étions que 6 et c'était parfait ! Et nous avons toutes souffert la même chose.

Irina, notre magnifique prof ukrainienne au corps musclé sans excès et au sourire charmeur nous a expliqué les différentes postures. Elle réalisait ses postures avec une telle aisance. Plus je la regardais, plus je rigolais intérieurement de la souffrance que j'allais m'infliger.

Au fur et à mesure du cours, les postures devenant plus compliquée, les rires n'ont plus été intérieur et nous avons été nombreuses à rire de : la crampe à la cuisse, de devoir lever ses fesses encore plus haut ou de devoir, une fois trouvé notre équilibre lever une jambe ou un bras.

Ce matin, j'ai mal aux fesses... mais c'était bien... vivement mardi prochain.

lundi, novembre 29, 2010

L'humour geek de Mr Pops....

Saurez-vous trouver ce qui est passé par la tête de Mr Pops en ce rendant au petit coin ?



Non ?


Regardons d'un peu plus près la tâche bleue...


dimanche, octobre 31, 2010

Non, décidément je n'aime pas la mer...

Qui saura me dire ou je suis partie en vacances ?








mercredi, octobre 13, 2010

Marguerite & Cie...

J'avais envie sur mon blog de rendre hommage à cette association qui m'a permise de trouver une place pour notre "abandonnée dans le jardin".

Alors que nos voisins trouvaient cette chatte très jolie, mais n'avais pas envie de se la mettre sur le dos. Alors que la personne qui devait la récupérer, jouait à cache-cache. Alors que la vétérinaire trouvait ça horrible, mais n'avait pas le temps de trouver une solution. Alors que la SPA, s'intéressait surtout à ce que je porte plainte. Marguerite & Cie, par le biai, d'une amie (que je ne remercierai jamais assez), cherchait activement quelqu'un.

Sachant qu'ils traitent surtout de lapin, j'avais peu d'espoir. Et pourtant, en "presque" deux coups de cuillière à pot, il y a eu des réactions et le tout c'est terminé par une adoption.

C'est le coeur lourd que nous avons vu partir notre "abandonnée dans le jardin". Mais nous la savons maintenant heureuse et c'est le plus important.

Un grand merci à cette association.

Maintenant, il va falloir que je règle le mystère du 2ème chat, qui semblerait lui aussi avoir été abandonné dans notre jardin... affaire à suivre...

lundi, septembre 27, 2010

Nos colocataires...





Un petit clic sur le cliché (ou les) vous permettra de voir un peu mieux le petit écureuil...

vendredi, septembre 17, 2010

Miaou...

Lorsque nous sommes entrez dans notre nouveau nid, nous avons eu la chance d'avoir, les jours qui ont suivis, un temps merveilleux. Nous nous sommes donc jeté sur nos chaises de jardins et avons passé notre temps dehors.

Là, nous avons fait connaissance d'un adorable chat gris, que nous avons surnommé "chat-chat". Chat-chat, semblait bien à son aise dans le jardin et ne le quittait que très rarement. A force de le voir errer dans notre jardin et se jeter sur le lait que je lui proposais, je me suis demandé si, il avait réellement une maison. Sans collier, toujours chez nous, affamé, il y avait bien des chances. Et puis, Miss A. me soutenait qu'elle l'avait vu dans la maison lorsque nous étions venu visiter. Alors, on c'est pris d'affection pour lui. C'est un chat très poli, oui, vous avez bien lu, j'ai écrit poli. Il ne réclame pas à manger, il reste toujours près de nous sans jamais sauter sur les coussins ou les meubles, si je lui interdit de rentrer il n'insiste pas et miaule quasiment jamais. Son seul défaut ? Il ne veut pas jouer au foot avec Mr E.

Lorsqu'il a commencé à faire froid, je me suis inquiétée de savoir ou il dormait. Comme les problèmes allergiques de Miss A. sont dû en partie aux chats, je ne pouvais pas l'accueillir chez moi. Je ne l'ai jamais vu dans le jardin la nuit.

Et puis, dimanche soir est apparu un autre chat. Beaucoup plus jeune, beaucoup moins poli et beaucoup moins soigné. Ce chat a miaulé comme si il cherchait quelque chose pendant quelques heures. Lorsque je sortais pour aller le voir, il s'enfuyait ou me soufflait. Je l'ai donc laissé tranquille. Mais depuis dimanche il ne quitte pas le jardin, jamais ! Et mardi, à force de le voir dépérir, je lui ai proposé à manger. Pendant qu'il mangeait, j'ai pu lui faire des papouilles et constater qu'il était bien maigre. Mais d'où venait-il ? Chat-chat quand à lui avait disparu et venait de temps en temps réclamer à manger. Nous nous retrouvions donc avec 2 chats, dont un faisait franchement pitié.

Hier, un de nos voisins est venu faire connaissance. Nous avons discuté de tout et de rien pendant un moment et puis nous sommes séparés. Pendant que je rangeai mes courses, je me suis remémoré notre discussion et me suis rendue compte que notre voisin semblait bien connaître la locataire précédente. Je me suis donc rendue chez lui pour lui demander si par le plus grand des hasards, elle avait des chats. Ben oui ! J'avais raison ! Chat-Chat est à ce voisin, mais l'autre appartient bien à cette maison. La locataire a dû, en raison de son âge et d'une sombre histoire d'arnaque, se rendre dans un EMS ou seul son chien a été accepté. Du coup, elle a pensé que le bon coeur des locataires suivant ferait l'affaire. Ce chat est donc livré à lui même depuis le 26 juillet. Je peux comprendre la confusion, son âge et tout ça, mais il lui suffisait d'un coup de téléphone pour nous en parler ou alors pour trouver un refuge à son chat.

Résultat, nous nous sommes attachés a cette petite chose que nous ne pourrons pas garder et je souffre de le voir dehors tout seul avec de court moment de tendresse. Je ne peux le toucher qu'avec mes mains, sinon, je serais porteuse d'allergène et comme Miss A. est vraiment très sensible je la rendrais malade. Ce n'est pas une vie de chat ! Mais Miss A. est déjà elle aussi attachée et hier, lorsque je lui ai annoncé que nous allions lui trouver un nouveau foyer et qu'il devrait partir, elle a pleuré.

Me voilà donc usant de mes maigres visites sur ce blog pour tenter de lui trouver un foyer. Si vous avez des connaissances qui cherche un chat (vaccinée et stérilisée) n'hésitez pas à prendre contact avec moi.

mercredi, septembre 15, 2010

Le sydrome Tsac-Tsac...

Je suis parfois atteinte d'un syndrome que je nomme affectueusement le "syndrome Tsac-Tsac". Le nom de ce syndrome est un clin d'oeil à une personne qui n'est pas atteinte par ce syndrome, parce qu'elle en est l'origine.

En quoi consiste t'il me direz-vous ? Je vous explique. Ce syndrome apparaît lorsque vous avez une tâche à remplir et que vous vous dites que ce serait super facile de la réaliser. Je vous donne un exemple. Dire à une amie :

- pfffffff, je sais pas quoi faire comme bonbonnière pour mon mariage.
- Ben tu les fais toi même non ?
- T'es malade ? C'est super long !
- Mais non, Tsac-Tsac et le tour est joué.
- Ah ouai ?

Et se retrouver ensuite a passer de longues heures à découper des ronds. Tellement d'heures qu'on en fini dégoûté et qu'on se promet de ne plus jamais recommencer.

Et puis, vient un autre projet et on se dit : "Tsac, Tsac" et puis non...

Mon déménagement c'est un peu passé comme ça. Je me suis dit que j'allais m'organiser, faire les choses bien et puis Tsac-Tsac, se serait vite terminé. Et bien non ! Si, j'ai bien commencé, la fin a été un enfer. Nous étions trop peu, j'ai été trop optimiste et il pleuvait des cordes. Au terme du week-end, nous étions tous sur les rotules et je n'ai toujours pas récupéré.

Et puis il a fallut rendre les clés, et la aussi je me suis dit "tsac-tsac", le tour de l'appartement et hop on en parle plus. Et bien j'ai attendu Mr Pops 45 minutes. Oui, je n'ai pas assisté à l'état des lieux, parce que je n'aurais probablement pas été très polie avec notre vilain propriétaire et ce n'était pas à notre avantage. Lorsque Mr Pops est revenu, il m'a confirmé que notre propriétaire était vraiment un vilain et qu'il n'avait pas été correcte. Mais, Mr Pops, collé à 2 cm de son nez pour lui hurler sa façon de penser à finit par lui rendre la raison.

Nous sommes donc maintenant libéré et dans notre nouveau nid. Et chaque jour, nous découvrons à quel point nous n'avons pas perdu au change.

Bon, je vous laisse j'ai quelques cartons à déballer avant d'aller chercher Miss A. à l'école... Tsac-tsac en une demi-heure ça devrait être bouclé !

lundi, septembre 13, 2010

3 petits chats, 3 petits chats, 3 petits chats, chats, chats...

Après une longue période estivale, mon crochet reprends du service !

C'est par ici : "Le crochet, ce n'est pas que pour ma mémé !"

Mes écrits, reviennent mercredi...

vendredi, septembre 03, 2010

Ça y est...

Je suis enfin dans mon nouveau chez moi. Tout ne c'est pas passé sans heurt, mais nous y sommes enfin.

Je vous montrerai bien des photos, mais... Mon Lumix est encore coincé dans un carton. Et puis j'avoue, je ne suis pas très productive, parce que, soleil + jardin = farniente.

Mais je reviens bientôt avec des photos et quelques anecdotes de déménagement.

La semaine prochaine il pleut, il va donc bien falloir que je m'occupe !

mercredi, août 25, 2010

Les petits mots doux...

La nuit, lorsque Mr Pops n'est pas encore rentré et que je vais me coucher, je lui laisse des mots doux...


"gros monstre sur le mur tout de suite à droite quand tu rentres. Merci noble chevalier de lui faire sa fête !"

lundi, août 23, 2010

Les odeurs qui réveillent...

Vendredi soir, vers 21h00, je me suis mise derrière mon fer à gaufre et telle une petite abeille, j'ai commencé à oeuvrer.

Pour éviter l'ennui, j'ai installé mon ordinateur derrière le fer et j'ai lancé la fin du film Persecution devant lequel je m'étais lâchement endormi l'après-midi même. Par crainte de faire trop de bruit, je me suis embarrassée de mes écouteurs et me suis concentrée sur les 15 dernières minutes. En enlevant mes écouteurs, j'ai tendu l'oreille pour tenter de comprendre ce que Mr E. scandait depuis 2 minutes. "A faim, a faim" disait-il. Et puis, quelques minutes plus tard, Miss A a décidé de faire pipi. Le pipi excuse. Celui qu'il faut absolument faire 15 minutes après s'être couché. Celui qui permet de voir si papa, maman ne sont pas entrain de jouer avec les playmobiles pendant qu'elle est obligée de dormir.

Lorsqu'elle ressort de la salle de bain, j'entends sa toute petite voix du haut de l'escalier me dire : "maman ? C'est quoi cette odeur ?". Je lui réponds alors que je fais des gaufres pour lendemain. Et là je me fais incendier parce que c'est pas juste, ça sent trop bon et qu'elle va devoir attendre jusqu'à demain. Je lui explique donc calmement que si elle s'endort tout de suite, demain arrivera plus vite et qu'elle est priée de retourner dans sa chambre, là, maintenant, tout de suite.


Intérieurement, tout ça m'a fait sourire et cette odeur de beurre a ouvert une petite porte sur mon enfance. Je me suis revue, avec ma tante fabricant des bricelets dans sa cuisine. Elle les sortait tous chaud du fer et mon travail était de les rouler. Nous faisions ça le soir, en nous racontant des tas d'histoires. Je me souviens qu'elle n'allumait que le néon sur le plan de travail, j'avais l'impression d'être dans une bulle avec elle. J'ai entendu sa voix, je me suis souvenue à quel point elle avait de l'humour (que je ne comprenais pas toujours) et j'ai eu une cruelle envie de redevenir un enfant.

Et puis, j'ai été sortie de ce joli souvenir par Miss A. qui avait encore envie d'exprimer son mécontentement et qui c'est mise à chanter du Souchon : "carrément méchant, jamais content...."

vendredi, juillet 30, 2010

Comment j'ai fini aux Urgences mercredi soir...

Tout a commencé par un bête mal de gorge...

J'en ai un peu marre de m'attraper toutes les petites choses qui traînent et d'ensuite devoir me gaver de médicaments pour m'en sortir. A la base, les médicaments, j'aime pas ! Mais je suis raisonnable quand même et quand je n'ai pas le choix, je craque. Ce que j'aime, c'est la thérapie par le sommeil, le fameux sommeil réparateur, chez moi ça marche très bien. Sauf que, j'ai deux enfants qui eux, trouve le sommeil très ennuyeux. 
Mercredi après-midi, après avoir fait quelques recherches en phytothérapie sur le net, je me décide à aller chercher à la pharmacie de la tisane de sauge. Après tout, ce n'est qu'un thé, si ça me soulage tant mieux et sinon, tant pis. Je m'arme de bonbons à la sauge et de thé et je n'ai la possibilité de faire ce thé que le soir, une fois que tout le monde est couché. Enfin. C'est pas bon la sauge, même avec du sucre. Et pis, ça donne des aigreurs d'estomac c'est pas chouette non-plus. Je m'installe tranquillement devant un épisode de Docteur Who, quand je commence à ressentir de petites douleurs au niveau de l'oesophage. Ni une, ni deux, je prends un antacide prescrit par mon médecin. Je suis une coutumière du fait je ne m'inquiète donc pas plus que ça. Sauf que, woooohaaaaa, elles deviennent franchement plus fortes et irradient de le thorax et dans le dos. Je sors donc un peu prendre l'air et me dit que dans une demi-heure ça finira bien par passer. Mais non, ça passe pas. Et à force de mal respirer, je commence à avoir des fourmis dans les bras et dans les lèvres. Je m'allonge par terre et tente de trouver une position qui pourrait me soulager, mais non, ça ne passe pas. Je fini donc par prendre la décision d'appeler le médecin de garde. Ce dernier après quelques questions me dit qu'il faut que je me dirige vers les urgences le plus rapidement possible. Vous me croyez si je vous dis que j'ai eu très peur ?

Départ aux urgences après avoir réveillé belle-maman Pops pour qu'elle surveille mes deux petits monstres endormis.

Arrivée là-bas, je suis prise en charge directement. Je suis harcelée de questions, ont me fait un ECG et le tout à la vitesse de l'éclair. C'est franchement stressant. Et puis tout le monde s'en va. J'attends 5 minutes pendant lesquels je vois arriver une femme très mal en point. Une doctoresse arrive enfin pour me dire que mon coeur va bien. Ouf ! Ce ne sont finalement que des spasmes musculaires, il semblerait que j'aie des courbatures aux niveaux des pectoraux, (faites comment ? grand mystère !) qui ont augmentés en raison de ma toux et de mon état grippal. Je ressors de là avec des anti-inflammatoires, un anti-tussif et un mucolitique. 

En sortant, j'ai croisé une demoiselle, assise sur une chaise le regard vide. Mr Pops m'a apprit plus tard qu'elle était tombée de son scooter. La pauvre n'avait pas l'air d'aller bien.

Nous sommes rentré et j'ai retrouvé belle-maman Pops et beau-papa Pops dans notre salon. Belle-maman Pops a croisé notre souris et a appelé son cher mari pour qu'il lui vienne en aide. J'avais oublié à quel point elle a peur des souris.

Quand tout le monde est parti, je me suis sentie un peu bête d'avoir ameuté tout le monde pour ça. En repensant aux deux personnes croisées, j'ai eu l'impression d'avoir retenus le médecin pour rien alors que d'autres en avaient besoin. Et j'ai réalisé, que je m'était excusée auprès du médecin, de Mr Pops, de belle-maman et beau-papa Pops.. Oui, je me suis excusée de n'avoir rien de grave...

mercredi, juillet 28, 2010

Mots d'enfant...

*A table avec Miss A et son adorable copine devant laquelle j'ai dû expliquer la maladie d'Alzheimer*
Moi :
C'est une maladie qui fait que tu oublies tout. Les gens, les réponses qu'on te donne... Par exemple, si un malade demande l'heure et que tu lui réponds, dans 2 minutes il aura probablement oublié et te redemandera l'heure encore une fois, et puis encore...

Miss A. :
D'accord j'ai compris.

La copine Miss A. :
Mais alors ? Si on lui dis "je t'aime" elle oublie ? C'est triste comme maladie...


Il y a des fois ou même si on tente de dédramatiser et d'expliquer sans faire peur, nos chers petites têtes blondes savent mettre le doigt juste là ou ça fait "gloups".

lundi, juillet 26, 2010

Celle qui ne trouvait jamais rien...

Lorsque ma maman m'envoyait en course, je ne revenais jamais avec tout ce qui était mentionné sur la liste. Pourtant, la liste ne comportait jamais rien de particulier et ma maman prenait toujours soin de m'expliquer ou se trouvait les articles dans le magasin. A force, elle a rendu les armes et envoyait mon frère faire les courses et moi j'étais responsable d'aller chercher au kiosque à journaux à côté de la maison ses revues favorites. Au pire, si je revenais bredouille, elle pouvait me renvoyer en me forçant à demander à la vendeuse des nouvelles de ses revues. Quelle tortionnaire ma mère ! 

Aujourd'hui, même si j'ai grandi, ce point là ne c'est pas amélioré. Je peux passer des heures à chercher un truc sur le net sans succès. A bout de patience, je demande de l'aide à Mr Pops qui lui, me le trouve en 2 secondes. Si je devais accumuler le temps que je passe à chercher mes lunettes ou clés et le transformer en argent, je serais millionnaire. Mais ce n'est pas seulement les objets que je ne trouve pas. 

Dernièrement, à force de ne pas trouver sur le net de boutique de laine qui m'inspire confiance, j'ai décidé de tester un magasin devant lequel j'étais déjà passée plusieurs fois. J'ai fais la route 2 fois à pieds, 3 fois en voiture et je ne l'ai jamais retrouvée. Persuadée qu'elle avait fermé, comme la plus part des boutiques de ce genre, j'ai laissé tomber. Quelques jours plus tard, en allant me promener avec Mr Pops, celui-ci a attiré mon attention sur une boutique de laine... C'était elle ! Pourquoi seule je ne l'ai pas vue, mystère.

Ce Week-end, j'ai emmené Miss A. sur les traces de mon enfance. Nous sommes partis en montagne à la recherche d'écureuils. Quand j'étais petite, j'avais coutume de m'asseoir sur un banc avec ma tante et de donner des noisettes aux écureuils. A cet endroit, les écureuils ont tellement l'habitude des promeneurs, qu'ils viennent vous manger dans la main. Et bien nous avons beaucoup marché et n'en avons vu aucun. On a fini par jeter nos noisettes à l'orée de la forêt. Pfffff...

Les exemples comme ceux-ci sont malheureusement fort nombreux. 

Pourtant petite je rêvais d'être Indiana Jones et de trouver des trésors. De partir en Egypte à la recherche de parchemin que j'aurais été la seule capable de traduire. Et bien, assurément, je n'aurai pas fait fortune et aurais péri  dans une pyramide parce que je n'aurais jamais trouvé la sortie.

mercredi, juillet 07, 2010

Une drôle de rencontre...

Après avoir passé une bonne partie de la journée dehors, hier à 17h00 j'ai craqué. J'ai accepté la demande que Miss A. me faisait depuis 9h00 du matin et nous sommes allés chercher une glace. Une glace "vampire" pour être précise parce que selon Miss A. : "elles sont troooooooooop booooonneu" et selon maman elles sont trooooooop rougeu et elles tâchent.

J'ai donc cédé et comme je n'avais pas envie de passer la serpillière sur mon sol blanc, je lui ai proposé de la manger à l'extérieur. Nous nous sommes donc installés sur des cailloux à côté d'un petit étang artificiel. Cet étang est une grande passion pour Miss A. parce qu'elle peut y voir évoluer ses amis les têtards. Pendant que je donnais son goûté à Mr E. un bruit particulier a attiré mon attention. Une sorte de Hou, hou, hou... j'étais sûre que ce n'était pas un oiseau, ce bruit venait du sol. Et puis, Miss A. c'est retrouvée toute proche du bruit. Je n'ai rien dis et j'ai attendu. Cette pestouille a les yeux rayons X de superman, si il y avait quelque chose à trouver, elle allait le trouver.

Ça n'a pas manqué, 30 secondes plus tard elle s'exclamait : "maman, maman, il y a une bête qui chante dans l'eau". Je me suis approchée et j'ai décrété que c'était une grenouille. Une grenouille qui fait un drôle de bruit, mais une grenouille quand même. Et puis cette petite chose c'est mise à la surface de l'eau, comme si elle profitait du soleil et qu'elle n'en avait absolument rien à faire de nous. Le courant l'a emportée jusqu'à nos pieds et elle ne bougeait toujours pas. Finalement, elle c'est accrochée au rebord du bassin et je n'ai pas pu empêcher Miss A. de la toucher. Et bien, elle n'a pas bougé, alors Miss A. a commencé à la caresser et là, la grenouille c'est remise à chanter. Hou... hou... hou...

J'ai bien noté tous les détails de cette grenouille et me suis flagellée de ne pas avoir pris mon appareil photo. Et le soir, j'ai retrouvé sur la toile, la trace de cette petite chose qui porte le doux nom de "Sonneur à Ventre jaune". Si vous voulez en savoir plus, cliquez : ICI. Et sinon je leur ai piqué une photo :


Voilà encore une raison qui me fera regretter de quitter l'endroit ou je vis. Je connais peu d'endroit ou on peut croiser des biches en allant courir, des pseudo scorpions, scarabées de toutes les couleurs et de drôles de grenouilles.

Ça va me manquer ça, quand je serais coincée dans mon quartier de villa bien rangé...

lundi, juillet 05, 2010

La minute foot...

Ambiance foot chez les Pops. Grand écran sorti, projecteur allumé, chips et bière (pas moi, j'aime pas la bière). La tension est à son apogée l'équipe que nous soutenons va t'elle gagner ?

Mr Pops :
Oulà... Ohhhh ! Haaaaaaaan ! Et Buuuuuuuuut, ah non... Merde... Haaaaaaaan t'as vu ça ?

Moi :
...

Mr Pops :

Rhaaaaaaaaa ça veut pas rentrer.

Moi :
...

Mr Pops :
Cette fois c'est goal, oui, oui et... buuuuuuuuuuuut !

Moi :
Je me demande en quelle matière est fait leur maillot ?

Mr Pops :
...

Moi:
Ben oui, il se roule partout, glisse sur l'herbe et ils ont toujours l'air propre... C'est quoi cette matière ?


Après m'être rendue compte du haut potentiel de Bree qui est en moi, je n'ai ouvert ma bouche que pour dire "BuuuuuuuuuuuuuuT".

vendredi, juillet 02, 2010

Découverte...

A vrai dire, je ne sais plus comment je suis tombée sur Secret Velvet. Ce que je sais, c'est que je suis tombée amoureuse de ces créations dès le premier coup d'oeil.

J'ai longtemps hésité avant de commander, et puis, lorsque j'ai voulu le faire, les objets qui m'intéressaient n'étaient plus disponible. Heureusement, la créatrice de ses bijoux invitait les visiteurs à prendre contact avec elle si un objet était en rupture. Ce que bien évidement, j'ai fais. Je suis tombée sur quelqu'un de charmant et de disponible. Décidément, secret velvet à tout pour plaire. Voilà donc ce que j'ai commandé :




Parfois, on est déçu lorsqu'on reçoit nos commandes. Certains savent masquer les défauts avec de belles photos, les couleurs ne sont pas les mêmes, etc... il y a de quoi  faire et bien là, j'ai fais des vrais cris de fille lorsque j'ai ouvert l'enveloppe. Je n'ai donc rien de négatif à vous raconter sur cette expérience.

Si j'ai réussi à vous faire envie avec ces deux photos piquées sur son site, je vous invite à aller découvrir l'univers de Secret Velvet : ICI.

Craquez, c'est gourmandises là ne vous ferons pas prendre 1 gramme !

mercredi, juin 30, 2010

Combien pour ce livre, dans la vitrineuuuuu...

Il y a un truc qui m'énerve profondément en Suisse. En vrai, il n'y en a pas qu'un, mais aujourd'hui, ce truc là en particulier, me casse les pieds.

Je sors de la bibliothèque ou j'ai acheté un livre rigolo pour Miss A., rien de bien original, mais suffisamment quand même pour qu'il me coûte 23.-- CHF, soit environ 16 euros si je prends un court très haut. Avant d'offrir un cadeau, je fais comme tout le monde, j'enlève l'étiquette sur laquelle figure le prix. Et là, juste en dessous de l'étiquette, il y a un code barre ainsi que le prix en euro. Et lorsque je lis 11 Euro (15,40 CHF), ça m'énerve très fort.

Bon d'accord, il y a les frais de port, les taxes et tout et tout. Mais les charges me semblent énorme surtout que, si, à ma petite échelle, je commande sur le net en France, malgré les frais de port, le prix reste beaucoup plus attrayant.

Pour moi, un livre devrait être accessible à tous. Je ne parle pas du livre d'art, ou des éditions de luxe. Non, je parle du simple livre de poche. A ce prix là, pour beaucoup, ça devient un luxe. Alors oui, il y a les bibliothèques. Malheureusement, dans ma région, elles sont en général mal fournies en oeuvre récente et ont des horaires qui ne conviennent pas aux travailleurs. Je n'ose pas louer de livre pour enfant. Parce qu'un enfant c'est maladroit, parce qu'un enfant ça à besoin qu'on lui lise les histoires plusieurs fois et puis c'est chouette de revenir sur certains bouquins lorsqu'on est un peu plus âgé.

Ne venez pas me parler sur salaire plus élevé en Suisse qu'ailleurs. En Suisse, il y a des pauvres comme partout ! Et puis certaine fin de mois, je peu vous assurer que j'apprécierai grandement de faire mes courses alimentaires en France ! Mais cela est un autre débat. Il y a des tas de choses pour lesquels ça ne me dérange pas de payer un prix un peu plus élevé. Je le fais avec mes vêtements ou avec la nourriture par exemple. Mais j'ai le choix dans ces deux domaines. Je peux aller m'habiller chez Chanel si j'en ai les moyens ou alors chez H&M. Même chose pour l'alimentaire. Si je décide chaque semaine d'aller faire mes courses au marché, en cas de disette, je peux me diriger vers des commerces à prix très abordable.

Pour les livres, je n'ai pas le choix. Enfin si, je l'ai. Je commande sur le net ! Mais nous n'avons pas tous une carte de crédit ni internet.

Il serait chouette que les librairies organisent une section secondes mains, je suis sûre qu'elle y trouverait preneur. Mais là encore, je dévie du sujet de départ.

Il y a vraiment un truc qui m'échappe dans cette histoire... et si quelqu'un à une réponse à me donner, j'en serais ravie.

lundi, juin 28, 2010

Mr Bear cherche famille d'adoption

Mr Bear est à gagner sur "le crochet ce n'est pas que pour ma mémé". Je ne vous demande rien pour le gagner, juste un commentaire et un tirage au sort aura lieu vendredi.

vendredi, juin 25, 2010

Le nivellement par le bas...

Je vais, l'espace d'un poste, prendre la place de mes parents. Le discours que je vais tenir est probablement le même qu'ils me tenaient lorsque j'étais à l'école. Je ne peux, cependant, pas vous assurer qu'il était 100% le même parce que j'étais très pré-occupée par les histoires de coeur de ma copine et du fait que nous n'avions pas encore passé 1 heure au téléphone ce jour là et que du coup, je ne savais même pas si elle avait choisi de mettre son pull noir ou bordeaux.

Voici donc mon parcours. J'ai fais partie d'une classe pilote. Le but, était d'introduire une période de musique par jour. Pour nous sensibiliser, nous détendre et de ce fait être plus réactif aux autres matières. En théorie c'est très joli. Mais vous, qui me lisez depuis un petit temps maintenant, êtes à même de constater les conséquences qu'a eu cette expérience sur... mon orthographe par exemple. Heureusement pour moi, j'avais des facilités. Je n'ai pas fais une seul devoir de toute ma scolarité, est je me suis retrouvée dans les moyennes hautes de la classe. Je n'ai donc absolument rien fait de scolaire pendant tout ce temps. Mais j'ai développé une aptitude impressionnante en ce qui concerne le "papotage" et à l'art du petit mot envoyé discrètement. Et puis, en dernière année scolaire, il a été décidé que ce système scolaire était un échec. Résultat ? Retour à l'ancien programme. Et là, je suis tombée de haut, parce que nous avions des lacunes énormes. Dès le premier jour, je recevais de la part de ma prof un bon coup de craie sur le crâne et je comprenais qu'on ne rigolerait plus. J'ai bossé comme une forcenée, pour retrouver le niveau et rattraper les autres. Toute la classe a dû s'y mettre et nous avons tous eus notre certificat en fin d'année. Ouf ! Sortie à 15 ans de l'école obligatoire, personne n'a voulu me prendre en formation sous prétexte que j'étais trop jeune. J'ai donc fais une année d'école de commerce dans un autre canton en attendant de me décider sur mon futur. Sur la base de mes notes, il a été décidé que je ne ferai pas d'examen d'entrée. Mais, dès la première période, assise sur ma chaise, je me suis rendue compte qu'encore une fois, je n'avais pas le niveau. Voilà en gros, mon parcours scolaire personnel.

J'ai été baladée dans un système scolaire peu sur de lui, qui n'enseigne pas de la même manière suivant ou l'on se trouve, qui ne laisse aucune chance à celui qui n'a pas : la force, l'envie et les capacités de faire quelque chose. Je pensais, que ces erreurs faisaient partie du passé et ce matin, à la radio, j'ai entendu que les échecs scolaires étaient en hausse.

Je ne sais pas ou nous allons, mais une chose est sûre, pas très loin. Lorsque j'entends le vocabulaire utilisé par les enfants dans la cours d'école, j'ai peur. Lorsque je les vois avachis sur les barrières, banc ou couloirs des centres commerciaux j'ai peur. Et je me demande, en tant qu'employeur comment je réagirais fasse à un jeune, incapable d'écrire deux lignes sans fautes ou de calculer.

Alors, en écoutant cette émission de radio, j'attendais de la part de la personne interviewée une solution et lorsqu'elle l'a énoncée, je suis restée bouche-bée. Sa solution ? Mélanger le monde économique et le monde scolaire. Préparer les enfants au monde du travail. Hein ? La solution est donc de faire de nos enfants des moutons pour qu'ils aient travailler vite et deviennent de bons consommateurs ! Je comprends mieux pourquoi la Suisse voit s'enfuir ses gros cerveaux, il semblerait qu'ici, ils ne soient pas les bienvenus. 

Il est temps de remettre les choses à zéro, d'arrêter de nous faire voter "pour ou contre les notes". J'en ai, pour tout vous dire, strictement rien à faire que mes enfants reçoivent un "très bien" ou un "10". Ce que j'aimerai, c'est que ce "très bien" aie une vraie valeur et qu'ils aient réellement appris quelque chose. Alors oubliez la psychologie à deux sous, l'enseignement ludique et pensez surtout à apprendre à nos enfants à devenir des gens curieux et indépendant, pas des consommateurs !

mercredi, juin 23, 2010

Encore un blog...

Si j'ai été absente sur ce blog quelques semaines, je n'ai pas pour autant été inactive. Lorsque j'ai réalisé pour Armalite un petit faon et un renard en crochet, la fièvre c'est à nouveau emparée de moi. Alors mes petits doigts se sont agités et à force de voir des petits Amigurumis pousser partout et envahir mon espace, j'ai décidé de créer un blog. 

Il y a des tonnes de blog de crochet qui existent, je ne crois pas que le miens ait véritablement du succès. Mais, ce n'est au final pas son but. Comme je distribue en général autour de moi mes créations, je n'en garde en général aucun souvenirs, j'avais donc envie de les garder un peu pour moi quand même en leur créant un lieu ou je pourrais tous les réunir. Je ne me sens comme ça pas obligée de créer et me sens très libre.

Pour l'instant, je l'éditerais tous les lundi. Et j'ai envie de mettre au concours quelques-unes de mes créations, je vous informerais donc sur ce blog des éventuelles petites bestioles à gagner.

Pour le reste.... qui vivra verra...

Je vous laisse donc aller faire un petit tour sur : "Le crochet ce n'est pas que pour ma mémé !"

lundi, juin 21, 2010

C'est la nature...

Dès les premiers jours du printemps, je vois les hirondelles s'afférer à refaire le nid des années précédentes. J'aime voir le bal de ses demoiselles que je trouve particulièrement gracieuses et attachantes. Heureusement pour elles, depuis que je vis ici, elles ont la chance de pouvoir réaliser leur dur labeur sans qu'on viennent les déranger. Mon propriétaire étant un homme particulièrement maniaque, il ne supportait pas de voir sa façade abîmée par les nids, il faisait donc fi de la loi les protégeant, en détruisant les nids.

Comme je ne suis pas maniaque, je préfère les observer et entendre les petits piaillement des bébés qui réclament leur nourriture me fait sourire le matin au saut du lit. Malheureusement, le nid qui se trouve au-dessus de ma fenêtre et prit d'assaut par les moineaux. Ces affreux, jettent les bébés hors du nid et terrorise la mère. Et moi je suis impuissante et j'avoue que ça m'est très pénible.

Je n'ai jamais compris comment on pouvait rester de marbre devant un animal en détresse. Lors de mes séjours en Sicile, j'ai été de nombreuses fois choquée de voir des enfants s'acharner sur des chats en leur jetant des cailloux, en les battant et tout ça, devant les yeux des parents qui ne bougeaient absolument pas. Ça me rendait méchante et j'insultais ses gens.

Je dois tenir ça de mon père. Lui non-plus ne peux pas résister fasse à la souffrance d'un animal. Il a recueillit de nombreux chiens et chats et un corbeau aussi, qu'il avait finalement réussi à apprivoiser.

Les documentaires animaliers sont donc pour moi une vraie torture. Je me demande comment il est possible de filmer un animal en détresse, de le voir mourir et de ne rien faire. Je crois que j'en serais malade. Aujourd'hui, j'ai voulu montrer à Miss. A. un documentaire fait par Disney : "Les ailes pourpre". Je ne l'avais pas encore vu, mais me suis dit que je ne prenais pas grand risque avec un Disney. Nous avons arrêter de regarder le documentaire 20 minutes après le début. Même si les images sont magnifiques et que nous avons été courageuse lorsque les bébés flamant rose se faisaient manger par les Marabou. Nous  n'avons pas supporter de voir  un petit  flamant rose rendre l'âme, les pattes et le pelage figé à cause du sel. Miss A. était en larme et moi, je n'en menais pas large... Et que répondre à une petite fille qui est attristée de voir un tel spectacle ? Simplement : C'est la nature... et elle est parfois bien cruelle.

vendredi, juin 18, 2010

M.Pops teste : Bio Beauté by Nuxe

J'ai un gros problème au niveau des odeurs en cosmétique. Lorsqu'on utilise un déodorant à l'odeur de noix de coco, un shampoing à l'odeur de mandarine, une crème pour le visage à l'odeur indéterminée, une crème pour le corps à l'odeur de pomme et que pour parfaire le tout ont se vaporise d'Angel, il y a de quoi faire tourner les têtes, mais pas à cause de ce que vous croyez. Non mesdames, nous n'aimons pas tous les mêmes odeurs et si certains réagissent c'est souvent parce que trop, c'est trop et que c'est écoeurant, voir dégoûtant.

Malheureusement, il est difficile de faire autrement. Parce qu'avouons le, les produits sans parfum, ben ça sens quand même pas bon.

Je farfouille donc souvent à la recherche d'odeur légère qui ne me donnerait pas mal à la tête. Une odeur que seul ceux qui viendrait poser le nez sur ma peau pourrait percevoir. Et bien croyez-moi, ce n'est pas chose facile. Rajoutons à ça le fait que Mr Pops a le nez tellement long, hum, fin, je voulais dire fin et qu'il est pénible à ce niveau là, j'ai parfois l'impression que c'est mission impossible.

Pour le visage, pas de mystère, j'utilise la crème Avène, elle n'a presque pas d'odeur et elle s'évapore très vite. Mais pour le corps, c'est un enfer pour moi d'allier crème de qualité et odeur légère.

Et puis en passant l'autre jour par hasard dans le rayon huile pour le corps, je suis tombée sur l'huile Bio beauté. Après avoir minutieusement regardé la composition, je me suis laissée séduire et j'ai tenté le coup. Et là, Bingo ! L'odeur est vraiment très légère et l'huile laisse un voile très agréable mais qui ne colle pas et ne nous laisse pas comme une vieille frite oubliée dans une friteuse. Ma première impression a été positive. Il me restait encore à passer le test Mr Pops. J'ai donc fais comme les chats. Je lui ai tourné autour, me suis collée à lui et j'ai attendu la remarque. Ben rien. Il n'a rien dit. Victoire donc sur tous les plans.

Je pensais donc avoir trouvé mon graal... et puis... voilà un mois que je l'utilise maintenant. Et cette odeur qui me semblait douce au départ commence m'écoeurer. Finalement toutes ces graînes qui donnent cette odeur veloutée deviennent pesantes avec les beaux jours qui arrivent. Je la terminerai donc probablement cet hiver... en attendant, je continue mes recherches...

mercredi, juin 16, 2010

Gay et UDC.... On est le premier avril c'est ça ?

C'est la révolution en Suisse ! Les Gays entrent en politique non sans une certaine polémique. Mais à quel parti se sont-ils affiliés me demandez-vous ?

Aux socialistes ? Non.

Aux écolo ? Non plus...

Vous donnez votre langue au chat ?

Je ne tiendrais pas le suspens plus longtemps. La réponse est : l'UDC !

L'UDC, qui, je le rappelle pour ceux qui ne connaissent pas la politique Suisse, et le parti de droite le plus représenter en Suisse. Je ne sais pas vous, mais moi ça me laisse un peu perplexe. Comment, après avoir vécu la discrimination, après avoir dû se battre pour obtenir le droit d'être paxé, après avoir été souvent mis à l'écart, des homosexuels pourraient s'affilier à l'UDC. Je ne comprends pas.

Comment l'UDC, qui ne jure que par le modèle de famille classique, qui est contre l'adoption d'enfant par des couples homosexuels, qui fait preuve d'intolérance et qui ose faire des affiches comme celle-ci :



peut charmer la communauté Gay ?

Malgré tout, si cette section, tente de voir le jour, l'UDC semble ne pas être tout à fait d'accord et l'affaire est loin d'être gagnée. Et c'est là que ça devient drôle, parce l'UDC, qui est un parti fabuleux lorsqu'il s'agit de polémique, nous montre encore une fois à quel point il perd vite pieds. Ainsi, on a pu lire dans la presse ces mots pour définir la création de cette section : "une tumeur qu'il faudra traiter pas chimiothérapie !".

Et après ça ? Vous voulez encore insister pour une section Gay ?

Encore une fois je le répète, je ne vois pas ce que les uns ont à faire avec les autres. Je peux comprendre qu'une communauté qui a souffert aient besoin d'être reconnue dans tous les domaines. Mais là c'est un combat qui n'a pas de sens. A moins que tout ça ne soit qu'une plaisanterie visant à ridiculiser l'UDC. Sinon, si tout cela est bien sérieux, le fait que "Gay" soit mis en avant me fait le même effet que lorsqu'on parle de quota homme/femme. Ce n'est finalement pas les compétences qui sont misent en avant, mais un facteur qui selon moi n'a rien à voir avec la politique.

Alors courage à cette section qui va avoir beaucoup de peine à être légitimée et je me réjoui d'avance de voir les réactions des grands noms du partis...

lundi, juin 14, 2010

Ce nombril qui prends trop de place...

Vous avez vu mon blog ces derniers mois ? Je trouve qu'il n'a plus rien à voir avec ce qu'il était au début et finalement, il reflète assez bien mon état d'esprit.

Ces temps je m'encroûte, je m'enferme et ne regarde que mon univers. Et en relisant les postes de ses derniers mois, je me rends compte à quel point rien ne m'a intéressé ou enflammé à part moi. Je ne me doutais pas que le fait d'avoir été mise dehors de chez moi avez eu un tel impact sur mon moral et ma vie de tous les jours. Je néglige mes amis, mes affaires et tout me semble insurmontable.

Ce n'est pourtant pas moi ! Oh non ! Lorsque je suis motivée je suis capable de faire taper des montagnes et il n'y a pas si longtemps encore, j'en avais encore envie.

Mais la roue tourne. Heureusement. Je commence enfin à me sentir ridicule de me plaindre ainsi. Et puis il y a une lumière au bout de ce tunnel que je commence enfin à apercevoir.

En début de semaine, je me suis trouvée un nouveau nid. Même si l'enthousiasme n'est pas là et si je n'ai pas envie de partir de cet endroit ou j'avais commencé à prendre racine. Je sais déjà que cet endroit va me faire lever le bout du nez.

Je m'excuserais ensuite de mon absence auprès des gens que j'aime et je recommencerai à écrire sur autre chose que mon nombril. Ça vous fera des vacances !

Merci à ceux qui s'inquiètent de me voir si peu présente et qui ont demandés de mes nouvelles. Je reprends du services dès aujourd'hui et en couleur !

jeudi, juin 10, 2010

Ah bon ? C'était pas pour rire ?




Il y a quelques temps déjà que j'avais envie de partager avec vous cette vidéo et puis je me suis dis que ce n'était pas gentil de se moquer des gens ainsi. Et puis, Armalite a posté un lien vers cet article : "Une majorité de Français contre l'anonymat des blogueurs, ou mal informée ?"

Ah bon ? C'était donc sérieux ? J'avais pris cette vidéo comme une plaisanterie, presque comme une parodie et j'étais persuadée que ce monsieur n'avais aucune crédibilité et qu'il n'y aurait que mon papy et ma mamy affolés par la technologie actuelle qui pourrait croire en lui. Et bien apparemment je me trompais.

J'aimerais bien que Monsieur Masson vienne m'expliquer comment toutes les jeunes demoiselles qui ont un blog sur Skyblog et qui sont déjà fort peut attentives aux données qu'elles publient vont pouvoir se protéger des pervers si ont mentionne en plus sur les blogs leur véritable nom ? Et puis aussi, comment va t'il faire lorsque tous les blogueurs vont se faire héberger à l'étranger pour mettre en vigueur sa loi. Et ce n'est que deux questions parmi un liste impressionnante que je pourrais fournir.

Monsieur Masson, s'il vous plaît, utilisez votre énergie pour apprendre quelques notions d'informatiques et ensuite je suis sûre que vous aussi, vous rirez de votre bêtise ! Ça fera une bonne histoire à envoyer par mail à vos p'tits enfants quand vous serez vieux assis au coin du feu.

lundi, mai 03, 2010

Comme dans un rêve...

Je n'ai pas grand chose à vous raconter en ce moment... Oui, il se passe des choses, mais comme rien n'est concret, je ne veux pas en parler de peur que ça me porte la poisse.

Je vous propose donc de me suivre dans un de mes rêves de carrière, bienvenue dans mon imagination...

J'ai commencé ma carrière en tant que photographe de guerre. Oui, sans doute une erreur de jeunesse, parce que j'avais besoin de ressentir l'humain. Besoin de me sentir vivante et que mes photos aient un sens. Et puis, après quelques beaux clichés qui ont fait ma renommée, j'ai radicalement changé. J'ai rencontré Bettina Rheims dont le travail m'a subjuguée et j'ai décidé moi aussi de délirer. De créer des décors et de rendre le corps objet et de le sublimer. Et puis, avec l'âge, je me suis lassée de tout ça et suis revenue à des choses plus simple et plus naturelle. J'ai préparé l'exposition de ma vie, sur la lassitude. Cette expo, réalisée en noir et blanc m'aura fait voyager dans le monde entier, pour photographier les gens et la nature. Juste de beaux portraits, réalisé le plus simplement possible...

Et vous ? Si vous aviez une baguette magique vous seriez qui ?

vendredi, avril 30, 2010

La pomme, l'arbre, toussa, toussa...

On se demande souvent d'où nous vient un comportement, pourquoi nous sommes si mal à l'aise face à une situation ou qui nous a filé notre mauvais caractère.

Si avant je me posais toutes ses questions sans finalement jamais trouver de réponse satisfaisante, en ce qui concerne mes enfants, je commence à être au clair. Et il y a quelques jours, j'ai réalisé qu'un des plus gros défaut de Miss A. venait de moi. Jusque là, c'était évident, tous ses défauts ne viennaient que de Mr Pops. Ceux qui me connaisse vous le diront, je n'ai aucuns défauts, c'est bien connu.

Depuis de nombreuses années, je pense et affirme que je suis timide. Voilà quelques situations qui vont vous faire comprendre pourquoi jusque là, ça me semblait évident.

- Si je dois acheter un produit que je ne connais pas ou qu'on ne m'a pas conseillé, j'envoie Mr Pops. Je ne lui avoue pas mon geste, comme je suis patiente, je garde l'idée en tête si c'est lui qui se trouve de corvée course, je glisse dans la liste l'ingrédient particulier. Comme ça, ce n'est pas moi qui demande si je ne trouve pas et ce n'est pas moi qui me retrouve en face d'un(e) vendeur(se) qui va me poser des questions auxquels je ne saurais pas répondre.

- Quand nous étions fort jeune et que nous passions notre temps à commander des Pizzas, ce n'est jamais moi qui téléphonais.

- Lorsque je suis en face d'une personne que je ne connais pas, je ne parle que lorsque je suis certaine que mon interlocuteur va trouver mon commentaire "intelligent" et que je ne vais pas me mettre dans une situation difficile.

Bref... de quoi penser que je suis timide non ? Et bien non ! En fait, je ne suis rien qu'un grosse trouillarde qui ne se met jamais en position d'échec intentionnellement. Et plus j'analyse mon comportement et plus je me dis que j'ai raison et c'est affreux.

Parce que je comprends enfin pourquoi, malgré le fait que je comprends l'Italien depuis des années, lors d'une conversation je construit toutes mes phrases dans ma tête et qu'elles ne dépassent jamais la frontière de mes lèvres alors qu'elles sont parfaitement juste. Pourquoi j'adore le scrap, mais cache mes créations parce que ma voisine à l'autre bout du champ maîtrise tellement bien que j'ai l'impression de faire de la bouse. Pourquoi j'angoisse, lorsque j'ai des invités, sur le repas préparé jusqu'au lendemain ou je les appelle pour m'assurer qu'ils n'ont pas été malade.

Et cette saleté de peur, ma finalement empêchée de me lancer dans beaucoup de chose. Parce que chaque fois qu'un truc me traverse l'esprit. Je me renseigne sur le net, je regarde comment font les autres et puis je me dis que non, je n'y arriverais pas et j'abandonne.

Alors, je me suis promise à moi même quelques petites choses à réaliser en début d'année prochaine, quand j'aurai plus de temps pour moi. Et je vais montrer à Miss A. que même un éléphant peut rentrer dans un trou de souris !

mercredi, avril 28, 2010

La science des rêves...

Ah Ah ! Je crois que mes cauchemars ont décidés de se faire la malle...

Après 10 ans de nuits agitées ou j'ai réglé des comptes avec tout ceux que je connais et même ceux que je ne connais pas d'ailleurs, je crois que mon cerveau veux me dire autre chose.

Avant, quand il en avait ras la patate que je contienne ma colère, il me faisait faire de jolis cauchemars ou je torturais celui ou celle contre qui j'étais en colère.

Quand j'avais des soucis, il en remettait une bonne couche la nuit en me faisant voir tous les scénarios catastrophe auxquels je n'avais pas encore pensé. Merci !

A certaine période, quand il avait juste envie de me casser les pieds, il allait chercher quelques disparus et m'empêchait de les sauver.

Et bien hier soir, il m'a envoyé le message ultime. Je vous raconte.

Je me trouvais dans une allée sombre, fort peu rassurante. Je savais que c'était ici que se trouvait la réponse à mon problème. J'avançais, péniblement, le coeur battant. Au fond de cette ruelle, je découvrais une porte rouge (merci Lynch) avec un symbole flou en or. Et après avoir, avec difficulté, ouvert la porte dans un long couinement, je découvrais à peu près ceci :




Sauf que les danseurs tenaient dans leur mains un produit pour nettoyer mon vitrocéram. L'emballage était doré et vert et je savais que j'avais trouvé mon Graal et qu'enfin j'allais pouvoir enlever les purées de tâches incrustées... et bien vous me croirez ou non, dans mon rêve, j'en ai pleuré...

Mon corps à semblerait-il décidé de changer de registre et se lancer dans la comédie... je vous tiens au courant si il commence à devenir bon.

dimanche, avril 25, 2010

Mots d'enfant...

Mais pour une fois, il ne s'agit pas des miens...


vendredi, avril 23, 2010

La malédiction du 2 avril...

Résumé des épisodes précédents :
Le 2 avril, jour de mon anniversaire j'ai eu droit à (entre autre) :

- Bras cassé suivi d'une hospitalisation pour réduction de fracture. Ma première opération.
- Déchirure des ligaments croisés du genoux.
- Anniversaire pendant les vacances de Pâques donc seule.
- Annonce du verdict santé de maman : 3 mois à vivre.
- Réception d'un magnifique pendentif en or, en forme de coeur. Suivie d'excuses parce que le soir d'avant le monsieur m'avait un tout petit peu trompée et il voulait une relation de confiance entre nous donc il voulait me le dire. Pour l'anecdote le coeur était soufflé, ben j'ai croqué dans le coeur et je le lui ai rendu, il avait ainsi un souvenir de ma molaire et l'impossibilité de le rendre ou de l'offrir à quelqu'un d'autre... oui, bon... j'étais jeune...
- Inflammation des deux paupières suite à une journée maquillage chez Chanel. Désormais je sais que je suis allergique au corail dans les cosmétiques.

etc... etc...

Et voici maintenant l'histoire du 2 avril 2010...

Perdue sur une colline en Toscane, je me levais aux chants des pleurs de Mr E.. Pour ne pas réveiller Mr Pops, j'ai emballé la clique et nous sommes allé déjeuner. chez nonno et nonna. En fin de repas, j'ai confié mes deux petits monstres à leur grand-parent et suis allée m'habiller. Comme jusque là, personne n'avait pensé à moi, j'ai allumé mon téléphone portable. 1 message... 2 messages... 3 messages... pis c'est tout. Un peu déçue, je découvre un messages de Mr J. et Mr J. et un de Mr F. Le premier Mr J. est un ami qui vit, malheureusement, en Belgique et avec qui je n'ai loisir de papoter que via internet. L'autre Mr J. est aussi un ami internet avec qui je dois parler environ 1 fois par mois. Et pour finir Mr F. est un ami avec qui je ne parle plus à part à nos anniversaires respectif. Pendant que je me préparais, Miss A. est venue vers moi avec les yeux en point d'interrogation : "Maman, c'est ton anniversaire aujourd'hui ?". C'est belle-maman qui venait de s'en souvenir. Alors j'ai eu droit à un bisou. Et puis plus rien.

Pas de message supplémentaire. Un "bonne fête" du bout des lèvres de Mr Pops lorsque je suis allée le réveiller, un verre de champagne et pour finir un appel de mon frère.

J'ai attendu un message de mes amis pas virtuel toute l'après-midi. Et vers 17h00, j'ai commencé à me demander ce que j'avais fais pour mériter ça.

J'ai, depuis petite, toujours rêvé de la surprise. Du truc organisé par les gens qui m'aiment, parce qu'ils s'intéressent à moi et me veulent du bien. J'aurai aimé que ça se termine comme dans les films. Après une journée difficile à ruminer tout ça, arriver au restaurant et que tout le monde crie "surprise"... mais non... rien de rien. Pourtant je devrais savoir depuis le temps que j'ai trop peu d'amis pour que ça fasse comme dans les films. Et que si Mr Pops avait une once de chevalerie, il ne m'aurait jamais abandonnée avec un genou déboîté pour aller sortir la pizza du four.

Bref, j'étais pas très bien quand je suis allée me coucher. Je me sentais un tout petit peu seule et inutile et je n'avais personne à qui m'en plaindre.

C'était bien pourri cette année... je me réjoui l'année prochaine !


P.S. Pour que mes amis ne passent pas complètement pour des vilains pas beaux, il faut dire qu'ils ont des circonstances atténuantes. Je ne sais jamais où est mon téléphone portable. Si ils ont de la chance, je réponds à leur SMS dès que je vois le message, soit environ 2-3 jours après qu'ils l'aient envoyés. Le temps que je le retrouve et que je le recharge. Ils m'ont tous souhaité un joyeux anniversaire à mon retour et du coup, je ne leur ai pas raconté tout ça... Mais bon... comme j'ai décidé d'arrêté la censure, j'assume !

mercredi, avril 21, 2010

Besoin de conseil BD...



Lorsqu'il s'agit de livre, je ne suis pas quelqu'un qui brille en société. Je lis de tout, mais suis en général très attirée par les romans d'anticipations. Pour une fille, c'est pas facile. Parce que les copines en général elles en ont rien à fiche de ce genre d'histoire et les copains, ben, ils sont tellement bons dans le domaine que lorsqu'on en parle, je prends des notes et je ferme ma bouche. Du coup, je suis une lectrice solitaire, je partage rarement mes découvertes et me contente de me faire plaisir le soir bien calée sur mon oreiller.

A 5 ans, je savais lire et depuis, j'ai l'impression que je n'ai jamais arrêté. A l'adolescence, comme beaucoup, c'est Stephen King et les biographies de Serial Killer qui m'ont tenus chaud. Je rentrais chez moi le mercredi après-midi et bien souvent, je montais dans ma chambre avec un paquet de cookies et un verre de lait et hop, je dévorais un livre. Et puis, j'ai changé de crémerie pour verser un peu dans le fantastique, surtout les histoires de vampires. Mais ce goût du vampire à l'écrit va de pair avec ma passion pour le vampire au cinéma. Comme je vous l'ai déjà dit, j'ai toujours aimé qu'on me raconte des histoires, mais surtout celles touchant aux légendes, je ne pouvais donc que tomber sous le charme du genre. Et puis, un jour ou je ne savais pas quoi lire, Mr Pops m'a tendu 1984. J'ai tellement aimé que je lui en ai demandé encore et il m'a fait découvrir Philip K.Dick. Et j'ai enchaîné ces livres les uns après les autres. Je n'ai pas encore fini ma phase K.Dick, mais pour l'instant, je prends des vacances en lisant entre autre la série des Anita Blake. Voilà dans les grandes lignes mon parcours littéraire.

Je suis une tout petite lectrice, qui prends le temps de savourer chaque livre et qui regrette souvent d'être arrivée au mot "fin".

Mais revenons au titre de ce poste. Mes connaissances en matière de BD sont déplorable. J'ai bien sûr lu tout les tintins, boule et bill et autre Gaston Lagaffe. J'ai été très longtemps une lectrice assidue du Fluide Glacial, suis une fan absolue de Pénélope Bagieu, mais pour le reste, c'est le néant. Et je me rends compte que Miss A. aime énormément la BD. D'où, mon appel à l'aide.

Connaissez-vous une série qui soit susceptible de séduire une demoiselle de 7 ans ? Je vous averti, Miss A. n'est pas très princesse... à moins qu'elle aime mettre les mains dans la boue et soit courageuse. Je lis à Miss A. des histoires depuis qu'elle est bébé, elle a donc une bonne compréhension et je ne me suis jamais arrêtée à l'âge inscrit sur un bouquin.

Voilà... j'espère que vous pourrez m'aider.

lundi, avril 19, 2010

Savoir ruser...

Ceux qui ont des enfants en bas âge savent que si on leur donnait 10 centimes à chaque fois qu'ils disent non, ils seraient millionnaires. Et je le prouve. Le temps d'écrire cette simple phrase, j'ai dis : "non, n'ouvre pas le tiroir", "non, n'attrape pas ce qu'il y a sur la table" et "non, ne grimpe pas sur le canapé". Je vous laisse donc imaginer le temps qu'il me faudra pour écrire ce petit texte.

Hier, Mr E. a découvert les prises électrique derrière le canapé. Et bien qu'il soit déjà coiffé comme Doc dans retour vers le futur, je n'ai pas envie que cet état soit permanent, je l'empêche donc de faire copain-copain avec l'électricité.



Mais il est têtu le bougre, alors il y retourne. Il attends que j'aie le dos tourné pour filer discrètement. A force de lui répéter 50 fois que non, j'ai décidé de lui expliquer d'une autre façon.

Il faut d'abord que je vous dise que Mr E. adore emboîter les choses. Je lui ai alors offert il y a quelques temps un puzzle chien 3D. Ce puzzle une fois terminé, chante et Mr E a très peur de ce chien qui chante.

Vous avez sans doute déjà compris ce qui va suivre. J'ai discrètement glissé le chien derrière le canapé et j'ai attendu. Je l'ai vu se glisser à pas de loup derrière ce dernier avec son regard rusé et ensuite j'ai vu une fusée en ressortir en disant "peur, peur, peur". Comme je suis une mauvais mère, j'ai ri. Et comme il est intelligent, il n'est plus retourné derrière le canapé.

vendredi, avril 16, 2010

So Pink...



Il y a fort longtemps que je devais changer de voiture. J'ai plusieurs fois été tentée et puis non. J'avoue qu'en matière de voiture, je me fou un peu du moteur et de tout ce qui va avec. Pour moi, ce qui importe c'est la sécurité et le look. Je cherchais donc une voiture avec un peu de caractère et qui ne serait pas grise, noir ou blanche. J'ai d'abord testé la MiTo qui est une voiture sublime selon moi. Et puis, je suis rentrée dans une 500. Et là, j'ai fais des cris de fille tellement j'ai adoré ça. Parce qu'il faut que je vous dise, une voiture pour moi, c'est forcément petit. Du haut de mon 1m55, j'ai très vite l'impression de conduire un bateau et je suis embêtée lorsqu'il s'agit de voir l'avant et l'arrière du véhicule. Donc la 500 est au format idéal. En sortant du garage, j'étais conquise, jusqu'à ce que je regarde le catalogue des couleurs... c'était d'un ennui mortel. Pour moi, cette 500 devait avoir une couleur originale, quelque chose qui l'a mettrait en valeur. Alors, Mr Pops, pour m'achever m'a emmenée dans un autre garage pour me montrer la 500 Pink, tout en me disant : "tu sais, c'est un édition limitée, il n'y en aura probablement plus". La chance à voulu que par un tour de magie, je puisse en avoir une. Je devais la recevoir en octobre, elle est arrivée en janvier. C'était long, j'en ai beaucoup voulu à Fiat. Et puis maintenant, je leur pardonne tout. Parce que ce véhicule est un petit bijou, qui se parque partout, qui se conduit partout et que Miss A. repère du premier coup d'oeil dans un parking. La première fois que je l'ai sortie pour aller faire mes courses, j'ai eu un compliment : "oh ben elle met de bonne humeur la couleur de voiture". Et la seconde fois j'ai eu droit à un : "franchement, c'est moche la couleur de votre voiture". Oui, la première phrase venait d'une femme, la seconde d'un homme. Malgré tout, j'ai eu deux chouettes conversations ces jours là. Et depuis, ma 500 drague les enfants et les bébés lui tendent les bras (je vous jure que c'est vrai !).

Vous l'aurez deviné, j'adore ma 500.

dimanche, avril 11, 2010

Vacances et réflexions...


Encore une fois, je me suis retrouvée sous le ciel calme de l'Italie pour les fêtes de Pâques. Quel plaisir que de n'avoir rien à faire et de savourer un peu, le temps qui passe tout en tentant de digérer les trop nombreux repas.

A l'issue de ce voyage, j'avais décidé de prendre une décision par rapport à ce blog. Il y a quelques temps maintenant que je ne suis plus vraiment là, que je n'écris pas forcément comme j'aurai envie de le faire et que je suis bloquée. J'avais donc envie de prendre le temps de réfléchir sur l'envie ou non de le continuer.

Après analyse, je me suis rendue compte que l'envie d'écrire était toujours là. Bien souvent, je pense à vous en me disant qu'il faudrait que je raconte ceci ou cela. Là n'est finalement pas le problème. Le problème, c'est mon entourage.

Avant, personne ne lisait mon blog, j'avais donc l'impression de pouvoir dire tout et n'importe quoi. Et puis, des gens que je connais ont commencés à venir me lire puis à commenter. A chaque fois, j'étais très étonnée qu'ils prennent le temps de le faire et puis, je me suis habituée à eux et j'ai commencé à me censurer. Parce que certains de mes textes pouvaient faire penser que je parlais d'eux, parce que d'autres traitaient de sujets qui pourraient les heurter ou encore leur donner des informations personnelles.

Pendant ces vacances, je me suis rendue compte à quel point j'avais de la peine à me livrer. Je suis une personnalité multiple, comme la majorité d'entre nous. La seule personne avec laquelle je ne fais aucun effort est probablement Mr Pops. Pour les autres, je ne montre que ce que j'ai envie de montrer. Ainsi, je me suis demandée si mes amis connaissaient des choses basique à mon sujet comme par exemple ma couleur préférée, etc... Après avoir passé des heures à penser à mes relations, j'ai réalisé que finalement, je ne les ferais peut-être pas fuir à cause de ce blog et qu'ils finiraient, si ça les intéressent bien sûr, par mieux me connaître, tout simplement.

Il me reste donc à clarifier une chose. Lorsque je parle d'un sujet, je m'inspire en général de ce qui se passe dans ma tête, de film, de série ou de sujet traité ou lu dans les médias. Si j'avais, à traiter d'une histoire touchant à l'une ou l'autre des personnes de mon entourage, je leur demanderais la permission avant de publier. Alors, non, Chers amis, je ne parle pas de vous, ne soyez donc pas offensé par mes textes.

Voilà, maintenant que les choses sont dites, je vais faire fi de mes voisins, amis et autres connaissances et je vais continuer à vous casser les pieds un petit moment encore.

Si je meurs, ce sera de la faute d''une araignée...

Aujourd'hui, c'était nettoyage de printemps chez les Pops. On a profité du soleil pour nettoyer la loggia. Enfin, quand je dis "on", c'est pas vrai, c'est Mr Pops qui a tout fait. Moi, pendant ce temps, je rangeais la cuisine et j'avais les idées vagabondes. Je pensais à un truc dont je vous parlerais plus tard et je construisais déjà mentalement mon article. J'étais donc, très concentrée. J'aime bien faire ça, ça m'évite de penser au torchon que j'ai entre les doigts et à la montagne de boulot que je dois abattre.

Bref, je pensais... quand soudain j'entends "Oh ! M***e, attention", je me retourne et là j'aperçois une grosse masser verte qui me fonce dessus. J'ai tellement peur qu'aucuns sons ne sort de ma bouche, ma seule réaction un mouvement de recul. Et derrière moi, la machine à laver la vaisselle ouverte. Je perds donc l'équilibre et j'ai l'impression que le temps se fige. Pendant que je résiste à l'inévitable chute, j'ai le temps de réaliser que derrière moi se trouve la machine et d'avoir l'impression de regarder Mr Pops, avec des yeux ronds comme des billes avec une expression de terreur. Malgré mes "non, non, non, non pas tomber" pensé très fort, j'ai fini sur le rebord de la machine. Et j'ai eu franchement mal, au dos, aux fesses et surtout à l'épaule. Tellement que j'ai pleuré et je peux vous dire que la dernière fois que j'ai pleuré de douleur, je devais avoir 18 ans. Une sombre histoire de "déboitage" de genou suite à une affirmation débile "ouai, mais moi aussi j'arrive à mettre mon pied derrière ma tête".

Ensuite j'ai ri. Je me suis imaginée arriver aux urgence avec un couteau planté dans les fesses. Et puis, j'ai ressenti une forte douleur au niveau de mon orteil... ben vous savez quoi, maintenant il est tout violet et il me fait légèrement souffrir mon orteil. Je crois qu'il est cassé. Et pour moi, le mystère reste entier. Comment en tombant sur la machine, alors que mes pieds étaient tout à fait ailleurs à ce moment là, j'ai réussi à me faire ça. Comment, je vais expliquer ça à mon médecin (si je vais le voir ?).

Il y a des fois, ou je me dis qu'il faudrait que je soigne mon arachnophobie, parce que la grosse masse verte, c'était une plume.

vendredi, mars 12, 2010

Confessions...

On a tous entendu des phrases du genre "les enfants c'est merveilleux, comment vivre sans...", "A quoi ça sert de vivre si on a pas d'enfants...", "ils font notre joie..." bla bla bla bla bla...

Non mais franchement, vous avez vu un enfant ? Un enfant d'abord c'est égoïste. Par chance, à l'accouchement, livré avec le bébé, il y a un filtre qui vous aide à gérer ça. Alors, par exemple, si l'enfant veut la dernière tranche de gâteau alors que maman en meurt d'envie et bien, sans réfléchir, maman donne la tranche de gâteau. Ce filtre, soit dit en passant, annihile aussi tout sens de l'objectivité lorsqu'il s'agit de son enfant,. Évidemment que c'est pas lui qui a tirer les cheveux de la petite fille et bien sûr que non, ce n'est pas elle qui a renversé tout le parfum de mami.

Une maman, ça pense que ça n'a pas le droit de se plaindre. Finalement, elle l'ont voulu ce mioche, alors maintenant elle va pas encore se plaindre non ? Pis de toute façon, si il est aussi débile ce niard, c'est bien parce qu'elle a échoué quelque que part.... Non ce n'est pas du vécu ? Qui vous a dit ça ?

Une maman, ça pense : "vivement qu'ils soient au lit, j'en peux plus...", et ça dit avec une voix mielleuse : "p'tit loulou, va vite te brosser les dents". Ou alors ça pense : "Mais comment je gère ça crise débile ? Il est mongolien ou quoi ?" et ça dit : "Ecoute, ça suffit maintenant, tu veux qu'on discute ?" ou alors si elle est très énervée : "arrête ou je vais te donner la fessée...". Mais ça marche pas la fessée...

Et puis, une maman, comme c'est pas toujours content de sa position, ben elle se réjouit toujours quand les autres vont y avoir droit . Et surtout, elle garde bien le secret et elle laisse les futures maman découvrir la vérité toute seule. Des fois, même, les mamans ça ment... ça dit aux autres : "Ohhhh c'est fabuleux, tu verras... l'instinct maternel tu l'as forcément... tu ne te posera pas de question, ça viendra tout seul" ou encore "Moi, si je pouvais, j'en aurai eu beaucoup plus tellement c'est bien d'être enceinte, tellement ça donne de l'amour"... N'importe quoi !

Allez, remettons l'église au milieu du village. Quand un enfant arrive dans une famille, c'est tout un univers qui s'effondre, il faut lui faire une place et puis il faut apprendre. Et chaque jour est un apprentissage et parfois, ben une maman ça a peur. Ça ne le dit pas, mais ça a peur d'échouer, parce que tout sont environnement n'est fait que pour un seul modèle d'enfant, et si, par malheur l'enfant ne rentrait pas dans les cases, on aurait droit à de jolies étiquettes et des regards accusateurs. Le patron d'une maman, c'est la société.

Ce soir, vous vous en doutez bien, c'est un de ses soir ou je suis contente du silence qui m'entoure ou j'apprécie la fin de ma journée. Et j'ai juste envie d'être honnête, rien qu'une fois et de songer à toutes les fois ou j'ai manqué de respect à ma maman, à toutes les fois ou je la poussais à bout, à toute les fois ou je l'ai vu soucieuse et je pense que, si j'avais pu le faire, ce soir, j'aurai prit mon téléphone juste pour lui dire : "je t'aime".

mardi, mars 02, 2010

La passion...

pas celle que l'on peut éprouver envers une personne, mais celle que l'on éprouve pour quelque chose.

J'ai souvent tendance à m'enflammer et à me trouver des tas de nouvelles passions. Que ce soit dans la cuisine ou les travaux manuels, je papillonne, me pose un instant et puis repars. A chaque fois, je suis convaincue que ce truc est génial, que j'adore ça et que je m'en lasserais jamais. Mais ce n'est pas vrai. J'ai besoin de changement, tout le temps. Dès que je maîtrise un sujet, je passe au suivant. Je reviens parfois en arrière, mais très rarement. Et je déteste reproduire plusieurs fois la même chose.

Samedi soir, j'ai eu la confirmation de ce que je savais déjà, je n'ai pas de passion. Le fait m'est apparu tellement clairement, que j'ai mis deux jours à m'en remettre.

J'ai toujours aimé faire parler les gens, très souvent, en les écoutant un peu, on apprends vite quelles sont leurs passions et j'aimais bien, quelque soit le sujet, regarder parler ses gens. Je trouvais ça beau.

Samedi soir, j'ai eu l'occasion de voir Mme S. jouer sur scène. Même si il a toujours été évident pour moi qu'elle se sentait comme un poisson dans l'eau dans son domaine, je ne réalisais pas à quel point. Lorsque, campée derrière son instrument, j'ai vu son corps vivre sa passion, ses yeux la refléter, je suis restée sans voix et je peux le dire, envieuse.

Et depuis, je tourne et retourne tout ça dans ma tête... non, je n'ai pas de passion... j'ai eu des semblants de passion, mais tout n'étais que passade au final. Alors, me voilà bien confuse, parce que les seules personnes que j'ai connues sans passion étaient trop terne pour que j'aie envie de leur ressembler. Je connais l'envie, beaucoup... l'envie de faire ça et puis l'envie de faire ceci.... mais la passion, c'est comment ?

lundi, février 15, 2010

Droit de réponse....

Comme beaucoup de Suisses, j'ai été touchée par les propos de Yann Moix. Je n'aime pas, en général, parler de choses qui font la Une et répandre les polémiques, mais aujourd'hui, je ne peux pas m'en empêcher.

Je mettrais au fond de ce post la vidéo qui m'a fait réagir, si vous ne connaissez pas le sujet, je vous laisse la regarder avant de lire ces lignes.

Monsieur Moix, utilise très souvent dans cette vidéo le mot "amuser" pour justifier ce qu'on lui reproche. Il dit d'abord s'être "amusé" à diffuser sur le net des insultes sur la Suisse. Bien. Il va falloir qu'il m'expliquer en quoi, traiter la Suisse de pute, de lâche et j'en passe est amusant. Le tout, j'en convient pourrait être intéressant si ce monsieur, avait eu une once d'objectivité. Mais non. Il apparaît clairement dans cette vidéo, qu'il est borné à son opinion et prêt à la défendre quoi qu'il arrive. Allant jusqu'à dire qu'il existe une élite qui ne doit pas être juger comme le reste de la "meute", sous-entendu, le citoyen moyen.

Depuis l'affaire Polanski, je lis de plus en plus souvent d'insultes sur les Suisses. J'ai vu une blogueuse écrire que les Suisses ne servent à rien et sont des cons. Je suis tout à fait prête à entendre les critiques, mais pas des insultes. Et oui, chaque pays à sont lots de cons, sa culture et ses clichés, n'oublions pas qu'il est plus facile de voir la paille dans l'oeil du voisin. Je n'ai rien contre cette blogeuse, que je ne nommerai pas pour cette raison. Mais au même titre qu'elle aurait pu être touchée si j'avais eu les mêmes propos concernant les français, j'estime avoir un droit de réponse.

Alors, à tout ceux qui pensent que les Suisses sont des cons, qu'ils ont tort d'assigner à domicile quelqu'un qui a drogué et violé une jeune fille de 13 ans, qui pensent que la neutralité n'est qu'une façon cacher sa lâcheté et plein d'autres choses j'aimerai répondre ceci :

Je n'ai pas l'âme d'une nationaliste, je ne prendrais pas la fourche pour défendre mon pays. Mais j'estime avoir la chance de vivre dans un Pays ou je peux voter pour presque chaque décision. Où, les soins de base, offert à chaque patient sont égaux, qu'on soit étranger ou suisse, un patient est un humain que l'on traite. Où je peux oublier de fermer ma voiture et la retrouver exactement ou elle était et dans l'état ou elle était.

Encore une fois, on remet en question la conduite de la Suisse avec les juifs. J'ai eu la chance, de pouvoir parler avec des papis et des mamis qui expliquaient comment ils avaient accueillis à la maison les juifs pour les cacher et les protéger. Et concernant Polanski, n'en déplaise à ceux qui le défendent, je le pendrais par les couilles si ont m'en donnait l'occasion. Cher lecteur pro-polanski, auriez-vous eu un orgasme si à 13 ans Polanski vous aurait contraint à un rapport sexuel ?

Alors oui, on est pas tout blanc, on a des défauts, mais je pense que si chaque personne, quelque soit sont origines regarde sont pays, il y trouvera autant de défaut que chez nous.

Je suis prête à entendre tous les arguments, je suis prête à changer d'avis, mais lorsque l'argumentation et cohérentes et objective. Là, Monsieur Moix et autres, il n'y a rien que de la gratuité et un très bon coup de pub pour vous en mettre pleins les poches. Je doute franchement que votre point de vue soit celui d'un homme honnête, mais plutôt celui d'un homme d'affaire, heureux que ces affaires reprennent du poil de la bête. Voilà probablement pourquoi, vous trouvez ça "amusant".



Yann MOIX ONPC 13.02.10 (1/2
envoyé par maghrebb. - L'info video en direct.