mercredi, juin 30, 2010

Combien pour ce livre, dans la vitrineuuuuu...

Il y a un truc qui m'énerve profondément en Suisse. En vrai, il n'y en a pas qu'un, mais aujourd'hui, ce truc là en particulier, me casse les pieds.

Je sors de la bibliothèque ou j'ai acheté un livre rigolo pour Miss A., rien de bien original, mais suffisamment quand même pour qu'il me coûte 23.-- CHF, soit environ 16 euros si je prends un court très haut. Avant d'offrir un cadeau, je fais comme tout le monde, j'enlève l'étiquette sur laquelle figure le prix. Et là, juste en dessous de l'étiquette, il y a un code barre ainsi que le prix en euro. Et lorsque je lis 11 Euro (15,40 CHF), ça m'énerve très fort.

Bon d'accord, il y a les frais de port, les taxes et tout et tout. Mais les charges me semblent énorme surtout que, si, à ma petite échelle, je commande sur le net en France, malgré les frais de port, le prix reste beaucoup plus attrayant.

Pour moi, un livre devrait être accessible à tous. Je ne parle pas du livre d'art, ou des éditions de luxe. Non, je parle du simple livre de poche. A ce prix là, pour beaucoup, ça devient un luxe. Alors oui, il y a les bibliothèques. Malheureusement, dans ma région, elles sont en général mal fournies en oeuvre récente et ont des horaires qui ne conviennent pas aux travailleurs. Je n'ose pas louer de livre pour enfant. Parce qu'un enfant c'est maladroit, parce qu'un enfant ça à besoin qu'on lui lise les histoires plusieurs fois et puis c'est chouette de revenir sur certains bouquins lorsqu'on est un peu plus âgé.

Ne venez pas me parler sur salaire plus élevé en Suisse qu'ailleurs. En Suisse, il y a des pauvres comme partout ! Et puis certaine fin de mois, je peu vous assurer que j'apprécierai grandement de faire mes courses alimentaires en France ! Mais cela est un autre débat. Il y a des tas de choses pour lesquels ça ne me dérange pas de payer un prix un peu plus élevé. Je le fais avec mes vêtements ou avec la nourriture par exemple. Mais j'ai le choix dans ces deux domaines. Je peux aller m'habiller chez Chanel si j'en ai les moyens ou alors chez H&M. Même chose pour l'alimentaire. Si je décide chaque semaine d'aller faire mes courses au marché, en cas de disette, je peux me diriger vers des commerces à prix très abordable.

Pour les livres, je n'ai pas le choix. Enfin si, je l'ai. Je commande sur le net ! Mais nous n'avons pas tous une carte de crédit ni internet.

Il serait chouette que les librairies organisent une section secondes mains, je suis sûre qu'elle y trouverait preneur. Mais là encore, je dévie du sujet de départ.

Il y a vraiment un truc qui m'échappe dans cette histoire... et si quelqu'un à une réponse à me donner, j'en serais ravie.

2 commentaires:

Petiteflo a dit…

En plus du manque de choix dont tu parles, j'étais en train de me dire qu'ils devaient se faire une jolie petite marge pour passer de 11 euros à 16 euros environ... d'autant plus que dans le livre neuf c'est sur la masse et un stock important qu'ils font leurs achats donc là on ne peut pas trop jouer avec le port pour justifier une telle différence de prix:-D

Ladypops a dit…

Je dois dire que j'attendais un peu ton commentaire Petiteflo. Te sachant du côté des libraires, je pensais que tu me taperais sur les doigts en mentionnant un truc auquel je n'avais pas pensé... ben non... ça me casse les pieds encore plus du coup !