mercredi, juillet 04, 2007

La comtesse sanguinaire...

Laissez-moi vous conter l'histoire d'une comtesse si belle qu'elle commit les crimes les plus atroces pour tenter de préserver sa beauté. Cela vous semble familier ? Vous pensez à la sorcière dans blanche neige ? Et bien non, cette femme n'est nulle autre qu'Elizabeth Bathory.

Née en 1560 en
Hongrie elle succède à une longue lignée de parents royaux mais sanguinaire. Et c'est peut-être sa génétique qui la poussée à faire ce qui va suivre. L'univers dans lequel elle évolue est empli de sortilège et laissée seule par un mari trop souvent au combat, elle se livre à la sorcellerie et à la torture. Et quelle torture !!! Elle s'attaque à des femmes jeunes, vierges si possible et les fait saigner. Oui, Elizabeth est obnubilée par le sang et ses bien fait. Elle est persuadée que si elle se recouvre du sang de femmes innocentes, elle pourra garder sa beauté éternellement. Elle est donc entourée de rabatteur qui lui fournissent ce qu'il lui faut. Mais à force de trop tiré sur la corde, on va découvrir son secret de beauté. Bien que ses serviteurs aient étés condamnés à la décapitation elle sera condamnée à être emmurée dans ses appartements privés, laissant juste un trou dans le mur pour pouvoir lui donner à boire et à manger. Elle mourut 4 ans plus tard.

Dans les années 70, 3 films sont sortis la concernant (lèvres rouge, la comtesse dracula et contes immoraux). Je ne les aient pas vu, mais ce sera chose faite d'ici peu. Elle est ensuite restée dans l'ombre et certains sont venus chercher un peu d'inspiration dans son histoire, mais sans grand succès. Et la voilà qui refait surface en 2007, ou elle fait l'objet d'un film réalisé par le réalisateur tchèque Juraj Jakubisko (http://www.ceskatelevize.cz/specialy/bathory/en/about). Et il semblerait que Julie Delpy soit elle aussi entrain de réalisé un film pour 2008.

Bon nombre de films retracent l'histoire d'hommes et de femmes sanguinaires avec plus ou moins de talent. Je retiens tout particulièrement le film de
Peter Jakson, « Heavenly Creatures » qui a choisi de montrer ce que ressentait les meurtrières au lieu des victimes.

Le cinéma va donc chercher dans l'enfer de nos ancêtres pour nous faire peur est-ce une façon de nous jeter en pleine figure nos bas instincts ou de relativiser ce que nous sommes aujourd'hui ?




(pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Erzs%C3%A9bet_B%C3%A1thory)

1 commentaire:

Monsieur Tout-le-Monde a dit…

Selon le procès de ses complices (elle sera jugée en secret), on a compté près de 610 victimes. Et encore, sachant qu'une paysane de plus ou de moins dans le coin, ça se remarquait pas trop... Son erreur a été, après avoir quasiment désertifié les alentours de son chateau, de s'attaquer aux jeunes filles nobles qu'elle recevait pour prendre en charge leur éducation. C'est là que les choses ont commencé à se remarquer...