vendredi, février 13, 2009

Faire sourire acte 2

Vous vous souvenez la petite expérience à laquelle je voulais vous faire participer ? Les résultats auraient du "tomber" plus tôt mais j'ai étendu ma demande sur un autre site, il m'a donc fallu un peu plusde temps pour dépatouiller tout ça.

En cette période de solde, j'ai donc passablement arpenté les couloirs de différents magasins et boutiques. Il ressort plusieurs choses qui m'ont surprise. Contre toute attente, les caissières des magasins alimentaire sont beaucoup plus réceptives au sourire que certaines (pardonnez-moi l'expression) pimbêches prétentieuses des boutiques. Chaque visite dans les magasins alimentaire à reçu son lot de sourire. Alors que dans les boutiques, il m'a déjà fallu deux minutes avant qu'on me regarde en me disant bonjour sans discuter avec sa collègue, ou obtenir un simple bonjour.

Il n'y a qu'un seul magasin alimentaire ou j'ai eu une expérience particulière avec mon sourire. Alors que j'attendais mon tour derrière une blonde peroxydée au lourd manteau de fourrure, j'ai vu la caissière devenir rouge de colère et insulter la blonde en la traitant de voleuse. Je n'ai pas tout de suite compris ce qui se passait. La blonde, ne réagissait pas et d'une toute petite voix disait : "mais non ! ce n'est pas moi, je n'ai absolument pas fait ça". Je me suis donc dis que la caissière était légèrement mal lunée aujourd'hui jusqu'à ce que je comprenne qu'elle accusait cette cliente d'avoir échangé prix des étiquettes "demi-prix" pour les coller sur les produits qu'elle faisait passer en caisse. Lorsque la caissière lui a dit que si elle insistait dans son déni elle irait chercher son chef, la blonde lui a dit qu'elle pouvait garder sa marchandise. En lui disant aurevoir, la caissière a dirigé sa main vers ma marchandise très nerveusement. Je n'ai pas flanché, je lui ai souri en lui disant bonjour. Cette dernière a dû trouver mon sourire particulièrement engageant puisqu'elle a commencé à me dire pourquoi elle était certaine que ces articles n'étaient pas demi-prix (c'est elle qui a collé les étiquettes le matin même) et a embrayé sur des tas de choses professionnelles que je n'aurai pas forcément dû entendre. Je suis repartie de là, avec une saucisse gratuite ! Le client qui me suivait à eu droit à un "bonjour" marmoné.

Cette expérience m'a donc démontré une chose. C'est que plus la condition de la caissière est pénible, plus elle réagit au sourire. En observant, j'ai vu bon nombre de client ne pas dire bonjour parce que trop occupée à rigoler avec les copines au téléphone, toiser les caissières, les regarder avec mépris et finalement, bien souvent j'entends dire : "t'as vu s'te conne de caissière à la coop", dorénavant je leur répondrai : "t'as vu ses c*ns de clients ?"

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Tu devrais surtout parler un peu plus de ton sourire...
J'ai un vieux souvenir...celui de l'une de nos virée boutique ou t'as failli à l'entrée du parking écourter la vie à un type (genre de mec qu'on préfère pas croiser seule le soir dans une rue même bien éclairée...Et c'est grâce à ton sourire qu'il ne t'a pas collé son poing sur ton capot...
Je me souviens aussi de ce policier que tu as failli renversé...Non, je garde cette histoire pour une autre fois...;)
L.

M.Poppins a dit…

Ah ben voilà... je vais passer pour une blonde qui ne sais pas conduire avec ton histoire !!!

Pis c'est pas le policier que j'ai failli renverser, c'est un pieton invisible...Même toi tu l'as pas vu... :p

Bon, pour être crédible il va falloir que je change d'adresse de blog comme ça ceux qui me connaissent ne pourront pas venir raconter de drôle d'histoire me concernant....

:*

kerinel a dit…

Je te recommande ce blog alors :
http://caissierenofutur.over-blog.com/

Bon vent,
kerinel