mardi, février 05, 2008

C'est pas moi, c'est lui...

J'imagine que bon nombre d'entre vous on connaissance du suicide de ce prêtre Neuchâtelois accusé pour pédophilie.

Je ne suis pas là pour juger de la légitimité de son acte, ni pour juger du bien fondé des accusations. Je ne vous donnerai donc pas mon avis sur l'histoire de ce monsieur et ne vous parlerai pas de mon ressenti envers la pédophilie, qui vous vous en doutez bien n'est pas très positive.

Non, j'ai envie de râler contre la presse. Contre cette presse qui n'assume pas les conséquences de ses actes. Depuis quelques jours, la presse s'acharne sur ce Monsieur, comme elle l'a déjà fait pour d'autre, ce ne sont pas les exemples qui manquent. Bien souvent l'histoire se tasse, les gens se lassent et plus personne ne parle de la polémique d'il y a un mois puisque tout le monde est focalisé sur celle d'aujourd'hui. Et puis parfois ça dérape et là, tel un joueur de foot s'étant fait siffler par l'arbitre parce qu'il a taclé son adversaire, la presse lève les bras au ciel en disant : "j'ai rien fais, j'ai rien fais, c'est pas moi".

Alors qu'on apprends à nos enfants à assumer leur erreurs, à s'excuser lorsqu'ils ont fait quelque chose de mal, la presse se permet le Luxe de nier totalement son implication dans les conséquences.

Alors oui, le remords, la conscience et pleins d'autres choses peuvent expliquer les geste de cet homme et je ne doute d'aucunes de ces possibilités. Il n'en reste pas moins qu'il n'aurait probablement pas été traqué comme une bête si la presse ne s'en était pas mêlée. Et à ses gens qui traquent, je leur demanderai qu'une chose : "qui sommes-nous pour juger ?", pourquoi traquer un homme uniquement sur les dire de la presse. Pourquoi s'enflammer ainsi pour une histoire dont nous n'avons que la partie non-objective et sensationnaliste de la presse ?

Je comprendrai qu'une victime l'aie abattu ou poursuivi, je comprendrai que la famille d'une victime fasse de même, mais j'ai horreur des gens aveugles qui suivent à la manière de mouton les propos d'une presse sans scrupule. La chasse aux sorcières ne nous a t'elle rien apprit ?

Toutes informations n'est pas mauvaise à prendre, mais être curieux, prendre le temps d'analyser le texte avec la tête et pas avec le coeur et ne pas se laisser mener par le bout du nez est un minimum.

Je voudrais juste un presse moins sensationnaliste, plus juste, plus honnête et plus objective et consciente de son impact sur ses lecteurs. Parce qu'il n'y a pas que du mauvais dans la presse, parce qu'elle nous permet de prendre conscience de ce qui nous entoure et parce qu'elle reflète parfois la société. Je n'ai pas besoin d'avoir peur pour comprendre, je ne fonctionne pas comme ça. J'ai un cerveau (même si il est tout petit) et je l'utilise au mieux, donc ne me prenez pas pour une enfant de 2 ans.

2 commentaires:

kerinel a dit…

Oui mais le gros problème est que "la presse" et les médias en général ne sont plus là pour informer mais pour vendre. Enfin surtout pour être distribués/écoutés/lus car ce n'est bien sur pas le "prix d'achat" qui permet de faire vivre un média: il faut faire valoir son audience pour vendre de l'espace pub.
Or ce qui plait c'est le sensationnel, les ragots, les calomnies, le scandale... Alors comme il faut vendre on s'attache à ce qui fait vendre et le reste, on s'en fout. A voir en ce moment en France le buzz autour du mariage de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni. avec trois lignes de politique à coté en entrefilet...
Le pire c'est que la situation n'est pas prête de s'améliorer. Je lisais il y a quelque temps un article repris d'un journal de San Francicso par le courrier international, l'auteur déclarait a peu près ceci : Aujourd'hui avec Internet et le phénomène des blogs, tout un chacun peut "prétendre" faire du journalisme. L'information circule de plus en plus vite, on sait quasiment minute par minute ce qui se passe à l'autre bout du monde et relayer ça sur son site. Et du coup il n'y a plus de journalisme d'investigation, ce journalisme qui demande du temps, des compétences professionnelles, des moyens. Aujourd'hui journaliste c'est recopier plus ou moins bien la dépêche AFP/Reuters/etc qui vient de tomber pour " ne pas être à la traine" par rapport aux autres. Alors réfléchir un peu sur l'info....

Bon vent,
kerinel

M.Poppins a dit…

Tu soulignes un autre soucis aussi, effectivement. Ils ne vérifient même plus l'info qu'ils reçoivent... du coup il y a des tas de trucs abracadabran qui circulent ça et là...

Et ce n'est pas prêt de changer... :-s