jeudi, novembre 08, 2007

1984 en 2007...

Le matin, j'aime bien lire les news de-ci de-là, sur le net, je tombe parfois sur des choses qui me font sourire et d'autres qui me font peur...

Ce matin donc, c'est les anglais qui me font peur. Plus particulièrement une école anglaise. Afin de pouvoir suivre leurs élèves, ils ont décidé d'intégrer une puce à leur vêtement. Alors que certains élèves ne se font pas trop de soucis, parce qu'ils pourront aisément détourner ce système en confiant leur vêtement à un autre élève qui lui va en cours, je trouve le procédé effrayant.


On nous bassine depuis des lustres sur le fait qu'il faut faire confiance à nos enfants et maintenant on leur propose une puce ? A quand la puce sous-cutanée ? Dès la naissance pourquoi pas ? Ainsi, maman qui travaille pourra suivre son bébé à la trace, à l'adolescence, Maman pourra intervenir n'importe quand dans la vie de son enfant et à l'âge adulte, c'est le patron qui pourra s'assurer que son employé est vraiment à domicile alors qu'il se déclare malade.

On pourrait prendre le problème d'une autre manière en se disant que ça force ainsi à l'honnêteté et que si on ne peut plus rien cacher on se tient forcément bien. Mais alors l'honnêteté se transformerait en peur et nous vivrions tous dans la crainte, alors qu'elle doit être quelque chose d'acquis et que l'on fait sans y penser.

Je ne suis pas totalement contre les puces sous-cutanées ou autres. J'imagine l'utilité pour certains malades qui font des crises et qui peuvent être admis aux urgences inconscient. Mais lorsqu'on en arrive à toucher à la liberté de chacun, ça me révolte. De plus, nous n'avons aucuns moyens de savoir qu'elles données peuvent se trouver sur notre puce. Ça permettrait à certaines personnes peu scrupuleuses de se faire beaucoup d'argent et d'avoir la main mise sur beaucoup d'entre nous.

Alors, il nous reste encore à découvrir le vrai visage de Big Brother, parce qu'il ne m'a jamais semblé aussi réel qu'aujourd'hui...

1 commentaire:

Lucy a dit…

Interesting to know.